2022 Tigre d’Eau par Laurent Chateau (extraits)

Le Buffle de Métal a préparé l’arrivée du Tigre d’Eau de 2022. Les communautés se sont affirmées sur le plan politique, économique ou culturel. 2021 a permis à chacun de compter ses troupes et de se positionner sur son territoire, les 4 pattes bien ancrées dans le sol, laissant désormais la place au plus puissant des animaux terrestres : le Tigre et à l'une des énergies les plus redoutables qui soit : l'Eau. Année du retour au fondamental et de la manifestation de la vie, on ne devrait pas s'ennuyer en 2022. Revue de détail par l'énergétique taoïste.

Le Tigre est le 3ème des 12 animaux du bestiaire chinois après le Rat et le Buffle. Il est le plus puissant des animaux et rivalise sur le plan terrestre avec le Dragon céleste. Il est généralement associé à la couleur blanche et à l’énergie du Métal et des Poumons qu’on a décidément du mal à quitter après le Rat de Métal de 2020 et le Buffle de Métal de 2021. C’est l’énergie du partage et de la santé, de la justice, de la loyauté et d’une haute forme de moralité mais également du jugement froid et d’une certaine forme de tristesse ou de nostalgie (l'inaccessible idéal). Si le Tigre d’Eau est le plus modéré des 5 Tigres possibles, il n’en reste pas moins puissant. Il travaille davantage la profondeur et la purification, le retour à l'important, la révélation de la vérité (Métal) et l’élimination des impuretés. Il reste par ailleurs un Tigre, donc imprévisible (comme l'Eau puisqu'on ne ne sait pas où et quand va tomber la goutte du nuage) et potentiellement agressif.

Que sera 2022 sur le plan collectif  ?
L’année 2022 appelle à de profondes transformations, à des changements visibles, tant sur le plan collectif que personnel. Elle se situera à la convergence de la tonalité énergétique de l’Eau (la sagesse, la prudence et la tempérance, la sensibilité, l’intuition, l’écoute, l’imprévisibilité, la connaissance, la communication et la transmission mais potentiellement l'intolérance ou au contraire la crainte et l'absence d'audace et de volonté) et celle du Métal du Tigre (le courage, le goût des causes nobles, la loyauté, mais également le jugement, la moralité, l’éloignement des passions ou la tristesse). Dans tous les cas, ce sont des énergies Yin, de soutien et de repli, d’humilité et d’efficacité discrète. Nous ne sommes pas encore dans la fantaisie du Bois à venir, à compter de l’année 2024 et surtout de la flamboyance du Feu à partir de 2026.
Le dernier Tigre d’Eau nous renvoie à l’année 1962, il y a 60 ans et ses événements peuvent nous inspirer pour imaginer les événements des 12 mois prochains. A ce titre et comme en 1962, on peut s’attendre que 2022 donnera une vigueur et réalité nouvelles aux événements suivants :
• L’imprévisibilité sera forte et on peut s’attendre à de nombreux événements imprévus. Des coups de théâtre pourront survenir en France comme à l’étranger dans tous les domaines (politique, économique, sanitaire, scientifique...) : coups d’état, scoops, scandales, découvertes. 2022 pourrait marquer l'histoire.
• 2022 sera l’année de la transparence (de l'Eau), des révélations, la mise en lumière de ce qui était caché ou mal connu : sur le plan historique, politique ou culturel. L’ouverture des archives de la guerre d’Algérie 15 ans avant son terme est à ce titre révélateur de cette énergie de l’Eau qui est en train de monter. Des scandales éclabousseront probablement le monde politique ou financier (ou des célébrités), en France et à l‘étranger, à l'image de l'affaire Sol Estes en 1962, des procès retentissants pourront défrayer la chronique (corruption, mensonge…). Des lanceurs d’alerte pourraient apparaitre partout dans le monde, en nombre plus important.
Sur le front du Covid, 2020 a été l’année du choc et de la sidération, de l’improvisation sanitaire. 2021 a été l’année du droit et de la résistance. 2022 devrait être l’année de la connaissance pure et vraie, de la vérité et de la science véritable, la chute des faux-nez et peut-être des vrais masques. La vérité concernant l'origine de la contamination (laboratoire de Wuhan ?), la gestion politique de la crise sanitaire, le contenu des contrats pharmaceutiques, l’efficacité du vaccin et ses effets dérivés (pharmacovigilance) pourraient être progressivement révélés et pourquoi pas, aboutir à un scandale du type de celui de la Thalidomide en 1962. Les responsabilités seront mises en évidence, la parole (Communication de l’Eau) dissidente, fortement muselée jusque-là, pourrait se libérer, les décisions politiques pourraient être contestées (3è puis 4è dose...) ; le doute pourrait s'insinuer et la presse, comme lors du scandale Der Spiegel de 1962, pourrait tourner casaque. De nouveaux traitements médicamenteux pourraient être trouvés.
• 2022 (et 2023 dans une moindre mesure) devrait être l’année de progrès scientifiques inégalés, voire de rupture dans tous les domaines et notamment sur le plan astronomique et de la connaissance de l’univers (le CNES a titre d'exemple été créé il y a 60 ans). Le lancement réussi en décembre 2021 du télescope high-tech James Webb s'inscrit dans cette dynamique. On pourrait s'attendre à des progrès dans le domaine des neurosciences. Des avancées technologiques pourraient voir le jour, notamment dans le domaine de la biotechnologie et dans le domaine énergétique. Des progrès pourront avoir lieu sur la désalinisation de l’eau.
• Prolongement de l’énergie du Métal porté par le Tigre et largement inspirée par l’énergie décolonialiste de 1962, la quête d’indépendance des territoires se poursuivra sur le plan des pays ou des régions, les tensions en mer de Chine, du côté de l'Iran et de l’Ukraine iront crescendo jusqu’à atteindre l’intensité de la crise des missiles de Cuba en 1962. Fort heureusement, la sagesse de l’Eau et la raison l‘emporteront. Des conflits et des guerres de l’Eau (accès à l’eau potable et à l’irrigation) pourraient avoir lieu dans des zones de stress hydriques ou de pénurie (Moyen orient, Asie).
• Paradoxalement et à rebours, portés par la sagesse de l’Eau, de vieux conflits territoriaux pourraient simultanément se régler. Le droit international du Métal s’exprimera fréquemment et avec force. De nouveaux accords commerciaux, économiques, techniques ou militaires seront signés comme en 1962 entre la France et la RFA, des marques de pacification apparaîtront comme il y a 60 ans avec l’ouverture des travaux sur le désarmement, l’implication de l’ONU en faveur de l’arrêt des essais nucléaires ou la condamnation de la politique de l’Apartheid en Afrique du sud.
• Les pays à population jeune (Afrique notamment) et à tonalité Yang seront plus agités que les pays plus âgés. Des soulèvements et une agitation politique sont à prévoir dans ces pays (Maghreb…). Les étudiants pourraient profiter de cette année du Tigre d’Eau pour se remobiliser (Hong Kong ?).
• De manière générale, les peuples souhaiteront davantage de transparence de la part de leurs gouvernants et les salariés davantage de transparence (gouvernance, salaires,...) et d'alignement de la part de leurs dirigeants (cohérence des paroles et des actes, la mise en œuvre de la Raison d'Être de l'organisation par exemple).
• Comme en 1962 (et 1963), on devrait observer une poussée inflationniste qui accentuera la pression, l'agitation sociale et la revendication d'une meilleure répartition des richesses.
• Les revendications identitaires et le retour aux racines (souveraineté, exercices mémoriels, racines culturelles) s’exprimeront toujours de manière forte et revendicative, passionnée. Elles influenceront sans nul doute la campagne des présidentielles en France, dans un possible climat d’intolérance réciproque et de radicalité (Excès d’Eau).
• Sur le plan climatique,  l’Eau avec ses excès (crues, tsunamis, rupture de barrage…) ou ses insuffisances (sécheresse). Pour rappel, 1962 a provoqué 315 morts lors de la crue l’Elbe, le barrage de Vajont a cédé (1 900 victimes) lors d’une année Eau en 1963 et la mer du Nord a connu un raz de marée qui a fait plus de 2 500 morts en Belgique, au Royaume-Uni et surtout aux Pays Bas.

A mi-chemin entre la peur et la clairvoyance, entre la radicalité et la connaissance, entre la Terre et le Ciel, le visible et l'invisible, la mer 2022 sera agitée, parcourue de remous, de crises et d’imprévisibilité (les coups de griffe du Tigre) mais la sagesse de l’Eau devrait triompher à la toute fin. La vérité et les avancées scientifiques devraient être les grandes gagnantes des 12 mois à venir.

Et sur un plan plus personnel ?
Sur un plan plus personnel, 2022 invite à pratiquer les vertus de l’Eau : le calme, l’ouverture à ce que l’on ne connait pas (connaissances, lieux, interlocuteurs…), l’approfondissement ce que l’on connaît, la permanence dans ce que l‘on croit être juste, l’adaptabilité au changement sans oublier une certaine ouverture et disponibilité aux autres (accepter que l'autre ait un avis différent) et aux situations.
L’année du Tigre d’Eau est une invitation à se déplacer, à bouger et à se bouger pour faire reculer la peur, à oser mais en connaissance de cause. Elle invite à agir et à faire circuler : les idées, les connaissances, les projets, les initiatives, les vérités mais sans précipitation, avec prudence, en appréhendant les risques et les bénéfices et surtout SANS FORCER les choses, par ce que les taoïstes appellent le "non-agir" ou " l'agir-juste". 2022 invite plus particulièrement à la transparence, à aligner ses pensées et ses valeurs à ses paroles et à ses actes, à dire ce que l’on a tu jusque-là mais pas n’importe comment, pas à n’importe qui et n’importe quand. Il s’agit de mettre de l’intelligence dans sa communication. L’Eau invite aussi à la patience (qui était aussi celle du Buffle de Métal), à la volonté de long terme, à la persévérance, à ne pas abandonner aux premier écueils. C’est dans la durée que l’Eau parvient à éroder le rocher.
Plus fondamentalement encore, l'Eau est un appel, un appel de la source et de l'origine, de ce qui nous fonde dans l'invisible. 2022 est une invitation au retour à soi, à la connaissance de soi, à sa véritable nature, à sa mission de vie, à ce pour quoi on est fait et à ce qui nous rend heureux. Meilleur remède pour conjurer la peur avec l'amour, 2022 est l’année du sens. Plus loin encore, la période à venir est l’occasion de revenir à ses origines, de retrouver ses racines, d’aller voir les lieux de son enfance, de discuter avec les anciens, la famille éloignée, de retrouver et creuser sa généalogie, de se réconcilier et de "laisser couler" les vieilles fâcheries. C’est également le moment idéal pour guérir ses blessures d’enfance et ses mémoires transgénérationnelles. Ce temps à venir est idéal pour entrer dans la fondamentalité, interroger ou approfondir le champ de la spiritualité, se détacher un peu plus du matériel, de méditer davantage, de développer son intuition, de faire un voyage dans le lieu spirituel de son choix, de contempler, d’accueillir : la vie, la nature, le temps qu’il nous reste à vivre pour l’occuper au mieux.
2023 et son lièvre prolongeront la tonalité de l’énergie de l’Eau en version plus douce et plus profonde encore (Yin). Il faudra attendre 2024 pour voir refleurir l’énergie du printemps et du Bois et lancer véritablement un nouveau cycle, un renouveau qui durera 12 ans. Le Tigre de l’Eau lui, ne reviendra qu’en 2082 ! Autant dire que pour la plupart d’entre nous, 2022 sera notre dernière rencontre avec le félin aquatique. Rendez-vous à la fin de l'année pour examiner ensemble son feulement.
En attendant, bonne année 2022 et comme il est dit dans la tradition taoïste : « Domestiquez et chevauchez bien le Tigre ! ».

Laurent Chateau. Consultant et conférencier spécialisé dans le taoïsme.

Pour lire l'article dans son intégralité, cliquez